Work                       

       ︎   ︎  bio



La légende

     
    
     
     
1/L'écrivaine Céline Zufferey, auteure de Sauvez les meubles chez ses parents à Granges (VS).
2/ L'image article 358 de Guillaume Collignon, lors de l'exposition Cold war studies à la galerie contre contre (St-Maurice).
3/ Le grand cheval entre Dorénéaz et Martigny.
4/ La falaise de Gondo (46.197435,8.135401), mai 2018.
5/ André Tschérig, appuyé contre le mur de Gondo.
6/ Arbre dans le vent, Dorénaz, mai 2018.
7/ Le photographe Olivier Lovey, originaire d'Orsières, lors d'une tempête.
8/ La chouette effraie, fauconnerie de Saillon.
9/ La Mercedes en panne, entre Sion et Sierre.
10/ Rosier contre un mur, Martigny, mai 2018.
11/ Le hibou grand-duc de la famille Roduit, fauconnier de père en fils, Saillon.
12/ Les arbres penchés de Martigny, février 2018.
13/ Voiture ensevelie près de Le Châble, (46.08562,7.195830), mai 2018.
14/ Marie Ingignoli photographiée dans un jardin.
15/ Départ de feu le long du Rhône, Martigny, mercredi 21 février 2018.
16/ Le photographe Sébastien Agnetti, d'origine valaisanne, dans la cour de l'école Montessori à Vevey.


Les 16 images de La légende agissent sur nous comme le récit d’un songe, voyage incertain où nous guident tour à tour des animaux bienveillants ou hostiles, des hommes, des femmes. Autour de nous, des paysages: une falaise de pierraille, un feu si près de l’eau, le vent dans les arbres… personne n’est pressé. Nos pas scandent un temps ouvert, car c’est ainsi que se forment les images: au rythme de notre marche.

Le décor de cette randonnée onirique est un Valais réinventé par la photographe Eva Lauterlein. L’ombre de la catastrophe y plane, celle de Gondo en octobre 2000, mais il s’y trouve aussi le merveilleux, celui des arbres penchés de Martigny ou des apparitions tutélaires –les rapaces nocturnes et le cheval tranquille. Plus loin sur notre parcours, ce sont des autochtones, parce qu’il n’est de lieu, ici comme ailleurs, qui ne soit habité: par celui qui a vu sa maison emportée par la boue, par celle qui y commence sa vie adulte. Tout cela –les hommes, les bêtes et les choses– une fois photographié, semble appartenir à un autre côté du monde. Et c’est dans cet envers des clichés, envers d’un Valais enfermé dans ses vallées et démesurément exotique, que se dépose la banalité enchantée qui accueille La légende.

Au commencement, au centre et à la fin de la série, il y a des dormeurs. L’une raconte des histoires (Céline Zufferey) et les autres créent des images (Olivier Lovey et Sébastien Agnetti). Et parce qu’ils dorment, nous sommes aussi à l’intérieur de leur sommeil,  portés plus librement que nous ne l’attendions dans la richesse d’un canton. Paysage, faune, géologie: tout y est du reste décrit par des légendes précises qui accompagnent les images. Mais là où l’on voulait en savoir plus, ces descriptions se jouent de nous et nous piègent dans une géographie et un temps incernables. Loin d’asseoir des faits, elles ouvrent plus qu’elles ne ferment les possibilités et les combinatoires du récit dont notre regard, avec la photographe, et pourquoi pas avec les sujets des images, devient le coauteur.

Des dormeurs, des guides, des totems, des choses que l’on nomme, une marche dans le vent, au bord du fleuve. Quelques fleurs… c’est par l’ensemble de ses éléments constitutifs que La légende nous imprègnent à notre insu d’un Valais à la fois attendu et mystérieux. Ce Valais familier, parce qu’il est comme tant de lieux, un territoire pluriel que traversent des histoires heureuses et tragiques, peuplé par des êtres aussi divers et intéressants que nous-même qui les regardons. Et ce même Valais pourtant, que nous ne reconnaissons pas, qui nous est étranger, parce que tout autre lieu que soi, tout autre personne qu’ici, est toujours et encore à découvrir, à raconter et à inventer.

David Gagnebin-de Bons





chimères 

Real, yes, but something tells us that these beings are not fully human. There is a disenganged, robotic quality to them. Yet Eva Lauterlein’s subjects are real, and human – to a degree. Or rather to several degrees. Their faces and bodies are computer-aided reconstructions from photographs of real men and woman she knows, with as many as forty different photographs employed. Lauterlein might well have gone on to create freaks, but in her serie (re)creations she cleverly skirts the line between attraction and repulsion.

From Face: The New Photographic Portrait, 2006

William A.Ewing with Nathalie Herschodorfer

Thames & Hudson




Vraisemblance          
                                                                                                                                                                    



First, worked images, images, clear images whose subject has been taken out from the black, from the space of the studio or of the space lost in a blur. It appears like they are simple images one is face to face with.

In this series of portraits, opening from the most restrained face to the complexity of the language of the body, one or several individuals pose in a convened serenity. We are in the idea of the representation of the human form, with this air of "deja vu", with their look of ease or unease in front of the photographer and through the lens. And yet, we feel lost.

Lost at first because a systematic, so dear to a certain contemporary photography, is broken by Eva Lauterlein : multiplicity of the format of the images, of scale, of the number of subjects on the image, multiplicity of their age, of the context they are in, of their attitudes. And yet, one doesn't want to believe that only the quality of light holds the series together and reassembles the series under the title.

So yes, as is often the case with Eva Lauterlein, one must mark a pause, in which, from being simply bothered with what goes before, the unease heighten through what it has of obscure and invisible. On this one, the lines define a man or a woman, someone whom lets himself be apprehended less the more he, or she, reveals. There, three times, it's the same child that poses in impatience. Here, the hand of a man on the shoulder of a girl evokes vaguely some bothersome and embryonic violence. Each time, an unhealthy dupery in the photograph goes to the spectator, and one is like in a show of zoological curiosities, the look in it's own will to detach itself and in the same movement in its imposibility to do so.

We are faced with discrete monsters, one again, bothered in the seemly tranquility of the role of the spectator. Finally, Vraisemblance has something of the world of our nightmares, altered, populated by beings that through the work of the artist enter our reality, and, who knows, anticipate it.

David Gagnebin-de Bons
                                                                                                                                                                                                              ︎                                                                                                                           



Synchronie

                                                                                                                                                                                                               




             Vertigo(s)

 En quelque vingt images, l’artiste suisse livre son portrait de la ville d’Hyères. Un cheval au regard bleu et au manteau rouge, une jeune fille éthérée au bord de l’eau, une chaise d’enfant esseulée… Présages d’un fait à venir ou stigmates de ce qui a été ? Des indices se succèdent, pièces à conviction qui balisent une piste, la trame d’un fantasme : la ville, la nuit et ses chimères. Pour peindre cette dramaturgie du quotidien : le clair-obscur.

Les images ont ici leur part d’ombre. Certaines semblent se confier à d’autres et, à l’aune de ces résonances, on s’essaie à l’exercice de la reconstitution, pour reprendre le fil de l’histoire. Mais nulles n’assènent de vérité, toutes laissent entendre, sans rien affirmer. Eva Lauterlein photographe du non-dit et du faux-semblant, préserve le mystère du cliché, de son paraître et de son faire. L’image résiste, se refuse au dévoilement. Nous ne saurons rien de ce qui est réalité mise en scène ou fortuite. Une chose est sûre, nous aurons vacillé.

Raphaëlle Stopin

(extrait du catalogue du 20ème festival de la mode et de la photographie, Hyères 2005)





                                                                                                                                                                                                    ︎
                           
 



                                                                
    

 
                                                                    

                                                           




                                                                                                                                                                                                                                                                        privacy policy



All rights©
Eva Lauterlein